biographie de Carlos Ghosn – biographie de Carlos Ghosn - Œuvres de Carlos Ghosn - Biographie détaillée de Carlos Ghosn – Courte biographie de Carlos Ghosn
Accueil Mes-Biographies

Biographie de Carlos Ghosn

Biographie détaillée de Carlos Ghosn

Biographie de Ghosn
Biographie de Carlos Ghosn
D'origine libanaise, et né au Brésil, il part avec sa mère pour Beyrouth à l’âge de 6 ans et fait ses études chez les Jésuites jusqu’à la fin de ses études secondaires.

À l’âge de 17 ans, il s’envole pour la France, où il intègre l'École polytechnique, puis les Mines de Paris. En 1978, il est embauché par le groupe Michelin, où il devient successivement directeur de l'usine du Puy-en-Velay, et responsable du département de recherche sur les pneus pour l'agriculture au centre de recherche Michelin à Ladoux (Puy-de-Dôme).

Fort des cinq langues qu’il parle couramment (arabe, français, anglais, portugais et espagnol), il travaille ensuite pour Michelin au Brésil, où il est nommé responsable des opérations en Amérique du Sud. En 1989, il est nommé PDG de Michelin États-Unis. En 1990, il y organise l'absorption d'Uniroyal Goodrich.

Il intègre Renault en 1996 en tant que directeur général adjoint. Il a alors la responsabilité de l'activité du groupe au Mercosur, de la recherche, de l'ingénierie, de la production et des achats. À partir de 1999, il gère la prise de participation de Renault dans Nissan (36,8%). Un constructeur au sein duquel il occupera successivement les postes de directeur général (1999), président (2000) et PDG (2001).

Nissan Motor est alors en grandes difficultés financières et symbolise à elle seule la crise de l’économie nipponne. Au bord de la faillite et saturée de dettes, elle est jugée impossible à redresser par les géants du secteur automobile, après l’échec des discussions avec Ford et Daimler-Chrysler. Pourtant, Carlos Ghosn s'applique à établir un plan de redressement, réduire la dette de l’entreprise et la faire renaître en moins de trois ans, malgré une conjoncture internationale défavorable. Et, en 2003, la dette de Nissan est réduite à zéro, tandis que son bénéfice net progresse de 33%. Elle devient le groupe automobile le plus rentable au monde, avec une marge opérationnelle de plus de 11%.

En avril 2005, il succède à Louis Schweitzer en devenant PDG de Renault.

En octobre 2006, il est nommé Chevalier commandeur honoraire de l'Empire britannique.


La méthode Ghosn
Chez Nissan, il instaure une écoute attentive des employés de tout échelon pour résoudre les problèmes organisationnels : « Au lieu d’appliquer des plans préconçus, il prend la peine d’écouter tout le monde et organise des groupes de travail réunissant des salariés de différents grades et de différentes cultures, en l’occurrence des Japonais et des Français. » (Sibylle Rizk, L’Orient le Jour).

Il abolit l’emploi à vie, l’avancement en fonction de l’ancienneté et les keiretsu (participations croisées entre les grandes entreprises et leurs fournisseurs). Néanmoins, il tient à expliquer personnellement sa démarche à ses collaborateurs ; en essayant de les motiver non pas par la récompense, mais en les impliquant et en les incitant à atteindre des objectifs bien précis.

Enfin, il met en place une politique de performance basée sur la qualité et l’innovation et oeuvre pour la transparence par le biais de la communication : « La réalité de notre marque est la perception que nos clients en ont. »


Vers une carrière politique?
Devenu une icône du management moderne et du capitalisme international, Carlos Ghosn affirme lors d’une visite au Liban que sa « méthode pour sauver Nissan peut être appliquée au Liban », même si elle nécessiterait certains aménagements adaptés aux spécificités locales. « C’est chez les gens qui composent l’entreprise, la ville ou le pays que réside la solution. Le tout est de les mobiliser autour d’objectifs très clairs, indiscutables, en les intégrant dans le processus de la recherche de solutions. »

Se prononçant sur la mondialisation croissante des économies, il affirme que l’avenir est aux entreprises multiculturelles qui cherchent à développer des synergies, dans le respect des identités, et verrait d'un oeil favorable la création d'un véritable marché commun arabe. En outre, selon lui, le développement et la collaboration économiques devraient être au coeur de la politique des pays arabes.
Cette biographie de Carlos Ghosn vous a été présentée par mes-biographies.com
Tous droits réservés - Nous contacter, poser une question, écrivez nous sur [email protected]